Historique de la Cou Clair du Berry :

 

Jour de fete jacques tati2 1

Historique de la Cou Clair du Berry :

On retrouve des chèvres qui ressemblent à notre Cou Clair au niveau de la Savoie (Alpine de Savoie) et en Allemagne/Autriche (la chèvre Paon). On peut penser que, vu leur aspect extérieur, ces trois races doivent avoir des origines communes, ou peut-être ont fait l'objet d'échanges entre éleveurs à une certaine époque…

Les premières traces de la Cou Clair en Berry remontent aux années 1900. Nous savons aussi que dans les années 1920-1930, M. Mauvy, grand passionné d’élevage et de sélection caprine habitant dans le nord de l'Indre, a fortement contribué au développement de cette chèvre de type Cou Clair, souvent appelée « mantelée » et non « cou clair » à l’époque. Il a aussi participé à sa diffusion dans de nombreux élevages de l’Indre et du Cher. D'après les dires de son fils, "c'était une chèvre réputée bonne laitière et on venait de toute la région pour en chercher...".

Plusieurs témoignages indiquent que jusque dans les années 50, « la cou clair était LA chèvre du Berry ». Plusieurs photographies témoignent de cet ancrage local.

A partir des années 60, la modernisation de l’agriculture s’accompagne de l’homogénéisation des races et variété. A cette époque chez les caprins, seule l’Alpine Chamoisée trouve grâce aux yeux du monde agricole. Les éleveurs du Berry se sont mis à utiliser des boucs alpin chamoisé pour la reproduction, ce qui a causé la forte régression des chèvres Cou Clair. Toutes les populations animales locales, Cou Clair du Berry compris, subissent cette orientation et disparaissent petit à petit des élevages.

Heureusement, quelques chèvres cou-clair sont parvenues jusqu’à nous ce qui  permet aujourd’hui leur renouveau !

Standard de la Cou Clair du Berry :

Les éléments de standard de la chèvre Cou Clair du Berry sont issus d’un pointage réalisé sur 112 chèvres en 2012 (soit 92.5% de la population en lien avec l’ARCCB)

Les éleveurs de chèvres de la population Cou Clair doivent rechercher des animaux de format moyen à grand, rustiques, avec une délimitation avant/arrière nette, située dans la moitié supérieure du corps, des taches sur les flancs et les postérieurs ainsi qu’une ligne sur la joue nommée couramment « virgule » bien marquées.

Caractères fondamentaux

 

A RECHERCHER

TOLERE

A EVITER

Taille au garrot

65-75 pour les femelles

80-90cm pour les mâles

 

 

Poil

Ras, éventuellement long sur l’épine dorsale et la jupe

Long à mi-long

 

Patron

Mantelé postérieur avec une délimitation dans la moitié supérieure du corps de l’animal nettement dessinée1

Délimitation diffuse

Délimitation quasiment absente à absente

Couleur avant

Beige clair à marron chamoisé foncé

 

 

Couleur arrière

Noir à brun foncé

 

Marron

Marquage

 

Tache sur le flanc2 et le haut du membre postérieur3 (de la couleur de l’avant du corps)

 

Taches quasiment absentes à absentes

Virgule de l’œil à la commissure des lèvres4 (de la couleur de l’arrière du corps)

 

Virgule quasiment absente à absente, listes blanches

Membres

Chaussettes noires

Chaussettes blanches ou absence

 

Cornes (femelles)

Divergentes et incurvées vers l’arrière

Parallèle

Motte

 

oreilles

Horizontal

Dressé

Tombant


 

Caractères optionnels

Barbe et pampilles

Pattes et ventre noirs ou clair

Présence d’une ligne dorsale noire

Date de dernière mise à jour : vendredi 18 Septembre 2015